Affichage du DPE : premier bilan du « Particulier »

mars 30 19:56 2011 Imprimer cet article

Le mensuel « Le particulier » s’est intéressé dans son numéro d’avril (n°1060) à l’impact de l’affichage du DPE dans les annonces immobilières, obligatoire depuis le 1er janvier 2011. Premier enseignement majeur, malgré les critiques quant à sa fiabilité ou à la côte de confiance des diagnostiqueurs, le DPE est en train de prendre du galon dans le process de vente immobilière : « Au dire des professionnels, le classement énergétique des biens va devenir, tous marchés confondus, un critère décisionnaire », écrivent les auteurs. Pour le moment cependant, les agents immobiliers parisiens, des grandes métropoles régionales ou des stations de ski et balnéaires « cotées » ne constatent pas de changement sur ces marchés où l’offre reste inférieure à la demande.

A l’inverse, dans les zones plus « rurales », le processus s’est enclenché. Avec à la clé des négociations du prix à la baisse, des acheteurs potentiels refusant de visiter des biens inférieurs à « D » ou proposant aux vendeurs de prendre en charge certains travaux afin d’améliorer la note, et de bénéficier ainsi du PTZ bonifié…

Ces derniers mois en tout cas, le DPE a fait parler de lui. Les vendeurs d’abord. L’article épingle ainsi les « oublis », essentiellement des particuliers vendant en direct, et évoque également le cas de vendeurs « d’avant le 31 décembre » qui se sont par la suite montrés « récalcitrants » à payer un DPE après la date butoir. Résultat : certains agents immobiliers ont pris partiellement à leur charge le diagnostic.

Autre point important relevé : les agents immobiliers sont aujourd’hui plus prompts à conseiller aux vendeurs d’un bien mal classé un audit ou un bilan thermique, afin d’obtenir un budget travaux indicatif, plutôt que faire réaliser les travaux avant la vente. Mais le phénomène pourrait s’inverser, entraînant la décote de certains biens. Un marché « à deux vitesses », délaissant les épaves thermiques, pourrait donc rapidement émerger « surtout si un certain nombre de copropriétés se lancent dans une rénovation ». Enfin, les auteurs rappellent les ententes entre diagnostiqueurs et « certains vendeurs », les pistes évoquées par Benoist Apparu et le poids du DPE qui ferait, selon un témoignage, « déjà la pluie et le beau temps sur le marché locatif »

« Le particulier » n°1060 est disponible en kiosque ou peut être commandé via la boutique du site www.leparticulier.fr

ecrire un commentaire

0 Commentaire

Pas de commentaire !

Vous pouvez commencer la discussion.

Ajouter un Commentaire