Diagnostic électricité : six propriétaires sur dix réalisent des travaux après la découverte d’anomalies

Diagnostic électricité : six propriétaires sur dix réalisent des travaux après la découverte d’anomalies
janvier 17 10:56 2020 Imprimer cet article

Loué soit l’état de l’installation intérieure d’électricité ! On le sait, l’association Promotelec est attachée de longue date à ce diagnostic obligatoire dont elle a ardemment plaidé la cause par le passé. Un peu plus de deux ans après son entrée en vigueur à la location, le diagnostic semble déjà inscrit dans les mœurs selon une récente enquête de l’association.

C’est simple, sept personnes sur dix connaissent le diagnostic. Un peu plus chez les propriétaires (84%) que chez les locataires. 90% des propriétaires et 75% des locataires disent également l’avoir lu. Le diagnostic remplit sa mission, non seulement il informe, mais il sensibilise aussi. Car selon la précieuse enquête de Promotelec, les propriétaires ont  conscience de leur responsabilité, six propriétaires sur dix (63% très exactement) réalisent les travaux pour justement remédier aux anomalies détectées. Et parmi les 37% de propriétaires-bailleurs à ne pas avoir effectué de travaux, deux sur dix déclarent toutefois avoir  l’intention d’en réaliser.

Là aussi, le diagnostic semble atteindre son objectif, en permettant la mise en sécurité de nombreuses installations électriques. Le sondage montre ainsi que plus d’une installation sur quatre (22%) présentait des risques pour la sécurité des occupants, avec souvent plus d’une irrégularité dans le logement. Dans le palmarès des anomalies, sans surprise, on retrouve la présence de matériels électriques vétustes , “anomalie la plus souvent citée par les locataires (38%)”. Viennent ensuite l’absence de dispositif de détection des fuites de courant et le non-respect des règles d’installation des matériels électriques dans une salle d’eau. Ces trois anomalies constituent le podium chez les propriétaires-bailleurs comme chez les locataires.

Si l’enquête souligne les vertus de ce diagnostic, elle montre aussi quelques points d’amélioration. Par exemple, si 75% des locataires disent avoir lu le diagnostic, ils ne sont que 32% à l’avoir lu du début à la fin, et seuls 64% disent l’avoir compris. Autre axe d’amélioration relevé par l’association Promotelec, la communication du diagnostic ne semble pas systématique, même si elle est obligatoire, car seuls 53% des locataires déclarent s’être vus remettre le document avant signature du contrat de location.

 

ecrire un commentaire

0 Commentaire

Pas de commentaire !

Vous pouvez commencer la discussion.

Ajouter un Commentaire