Coup de frein sur le marché immobilier : le scénario retenu pour 2020-2021

février 25 16:28 2020 Imprimer cet article

Xerfi Precepta, cabinet d’études sectorielles, publie ces jours-ci une étude dédiée à l’évolution du marché de l’immobilier à horizon 2021. Et après plusieurs années records, les analystes de Xerfi entrevoient désormais“une relative accalmie”. Dans l’ancien comme dans le neuf.

Les arbres ne montent pas jusqu’au ciel. D’ailleurs, Xerfi dit observer les premiers signes de faiblesse. “Déjà, la hausse des transactions dans l’ancien ralentit et le segment du neuf pâtit d’un manque d’offre.” Pas de panique, Xerfi ne s’attend pas non plus à une chute brutale du marché de l’ancien: -2,8% en 2020, -4,8% en 2021. Autrement dit, le volume de transactions devrait continuer à flirter avec la barre symbolique du million de ventes annuelles. Principale explication à ce repli, les conditions d’octroi des crédits immobiliers qui devraient se durcir. “Les taux d’intérêt des crédits habitat sont à un niveau plancher tandis que les banques ne pourront assouplir davantage leurs conditions d’octroi.” Les banques se montrent par exemple de plus en plus exigeante sur la question de l’apport personnel.

Le neuf n’est pas épargné, Xerfi privilégie également le scénario d’un recul en 2020 (-5%) avant un léger rebond en 2021 (+2%). “Le repli des autorisations et des commercialisations en 2019, suite au déficit d’offre lié à l’approche des élections municipales, ne permet pas en effet d’envisager de reprise dans le neuf cette année.” Avec, comme toujours, quelques disparités régionales, et une marge d’incertitude. Car prédire l’évolution du marché immobilier n’a décidément rien d’une science exacte : on se souvient qu’en 2019, la plupart des analystes privilégiaient déjà le scénario d’un atterrissage, et n’imaginaient sûrement pas un nouveau record du marché de l’ancien.

 

ecrire un commentaire

0 Commentaire

Pas de commentaire !

Vous pouvez commencer la discussion.

Ajouter un Commentaire