Transactions, la Fnaim exprime ses inquiétudes

octobre 20 11:52 2011 Imprimer cet article

Pas facile de concilier tout le monde. Lorsque la FPI réclame un PTZ+ dédié exclusivement au neuf et la rénovation à neuf, du côté de la Fnaim, on appelle de ses vœux un PTZ+ maintenu et renforcé.

Début octobre, la Fnaim a ainsi dévoilé son rituel baromètre. Le troisième trimestre est marqué par une hausse plus mesurée des prix, voire même parfois une baisse (baisse des maisons de 1,3% en province), par rapport au trimestre précédent. « Au total, la hausse des prix sur les logements anciens s’établit en France entière à +1,0% au troisième trimestre 2011 par rapport au deuxième trimestre 2011 », relève la note de conjoncture. Quant aux volumes de transaction, l’activité demeure « toujours bien orientée (voisine des 800 000 opérations en rythme annuel à mi-année) » ; un chiffre que vient conforter le dernier indice notaires-Insee avec 812 000 transactions de juillet 2010 à juin 2011.

Si le premier semestre s’avère satisfaisant, le second soulève néanmoins quelques inquiétudes : « la conjoncture apparaît moins favorable aux transactions immobilières qu’au début de l’été ». La raison ? « Le moral des ménages n’est pas au rendez-vous et la clientèle des agences exprime toujours plus d’inquiétudes face à l’avenir », relève René Pallincourt, président de la Fnaim. La faute à la réforme sur les plus-values immobilières qui inciterait la majorité des ménages concernés à abandonner leur projet d’achat ou d’investissement dans une résidence secondaire (lire “L’impact de la réforme des plus-values sur le marché des résidences secondaires »art->4540)

Si le président de la Fnaim s’attend à « un bon cru » pour l’immobilier ancien en 2011, confirmant ainsi la sortie de crise 2008-2009, il craint aussi une rechute rapide. Alors que la loi de finances est actuellement discutée à l’Assemblée nationale, René Pallincourt met garde contre de néfastes répercussions sur le marché « si l’immobilier devait être sacrifié sur l’autel de la rigueur budgétaire et si le PTZ+ dans l’ancien, dont l’efficacité n’est plus à démontrer, n’était pas renforcé ».

http://www.fnaim.fr/medias/communiques/pdf/cp_2011-10-04.pdf

ecrire un commentaire

0 Commentaire

Pas de commentaire !

Vous pouvez commencer la discussion.

Ajouter un Commentaire