Une quinzaine de logiciels DPE en lice pour l’évaluation

octobre 11 12:32 2011 Imprimer cet article

Au total, une quinzaine de logiciels pourraient prochainement se voir officiellement validés dans le cadre du nouveau DPE. Une réunion se tenait fin septembre au ministère avec les différents éditeurs, afin d’examiner dans quelles mesures le DPE fiabilisé va impacter les logiciels.

Tous, sans exception, seront soumis à de nouveaux tests. Y compris les huit logiciels qui se sont déjà prêtés à l’évaluation volontaire ([voir liste->http://www.rt-batiment.fr/batiments-existants/dpe/evaluation-des-logiciels.html). Néanmoins, pour ceux-ci, les tests devraient s’avérer plus « light » : inutile de repartir de zéro, il s’agira de s’assurer qu’ils répondent bien aux nouvelles exigences liées à la réforme du DPE ; par exemple, qu’ils intègrent un module de communication compatible avec la base de données de l’Ademe afin de lui transmettre les DPE. Pour trois autres logiciels, inscrits dans le cadre de cette évaluation volontaire mais non validés à ce jour, la procédure devrait également se révéler plus légère.

La liste des logiciels n’est pas close. Au-delà de ces 11 logiciels, des éditeurs ont l’intention de lancer de nouveaux produits sur le marché du DPE : ceux-ci seront logiquement soumis à une batterie entière de tests. « Au sein de la procédure, pour les éditeurs n’ayant jamais soumis leurs logiciels, nous allons tout examiner et vérifier que les logiciels sont conformes aux différents arrêtés », explique-t-on au ministère. Par exemple, sur des cas typiques de bien, ils ne devront pas montrer des écarts supérieurs à 5%.

Les résultats seront ensuite épluchés par les experts du CSTB, avec lequel l’Ademe et la DHUP (Direction de l’habitat, de l’urbanisme et des paysages) mènent cette validation obligatoire. « L’objectif n’est pas d’avoir des logiciels identiques, mais de veiller à une homogénéité dans les résultats. »
Reste à savoir quand ces logiciels validés seront disponibles.

Du côté du ministère, on ne se risque à aucun calendrier : « on essaye d’aller au plus vite », nous dit-on, avec pour échéance le premier trimestre 2012.

ecrire un commentaire

0 Commentaire

Pas de commentaire !

Vous pouvez commencer la discussion.

Ajouter un Commentaire