Un Français sur deux a fait évoluer son projet immobilier avec la Covid

Un Français sur deux a fait évoluer son projet immobilier avec la Covid
février 17 16:35 2021 Imprimer cet article

Où va le marché de l’immobilier? Dans une conjoncture inédite, les analystes en perdent parfois leur latin. Car malgré un double confinement, l’année 2020 avec presque un million de transactions a fait mieux que résister. Et en dépit du contexte sanitaire, les Français semblent toujours prêts à investir dans la pierre, comme le confirme un tout nouveau sondage réalisé par BVA et Drimki, spécialiste de l’estimation immobilière.

Si l’on en croit cette enquête, un Français sur six aurait toujours un projet immobilier (17%, très exactement). “Ce chiffre vient confirmer que la crise ne semble pas avoir d’impacts manifestes, qu’ils soient positifs ou négatifs, sur le désir et l’intention d’achat immobilier des Français”, selon les auteurs de l’étude. Les intentions apparaissent plus fortes chez les jeunes (30% chez les 25-34 ans), chez les catégories socio-professionnelles supérieures (26%), les foyers avec des enfants (27%) ainsi qu’en région parisienne (19%).

Si la crise ne semble pas freiner les Français dans leurs intentions immobilières, elle les invite cependant à modifier leur projet. Une personne sur deux déclare ainsi l’avoir fait évoluer: 22% ont modifié le type de logement recherché, 21% le lieu d’achat, 15% la taille du bien. On note aussi un regain d’intérêt pour la résidence secondaire, puisque 13% des Français y songent désormais.

Autre enseignement de cette étude, le retour des primo-accédants. “En baisse continue au cours de l’année 2020, les intentions d’acquérir son premier logement repartent à la hausse en ce début d’année. En effet, parmi les personnes qui ont un projet immobilier, 40% envisagent d’acheter leur premier logement dans les 12 prochains mois.” Soit 5 points de plus qu’en novembre 2020. “Les primo-accédants semblent avoir retrouvé de l’espoir concernant leur projet immobilier.” Une évolution positive que les analystes de BVA attribuent notamment à “un assouplissement des conditions d’emprunts mises en place en début d’année”.

 

ecrire un commentaire

0 Commentaire

Pas de commentaire !

Vous pouvez commencer la discussion.

Ajouter un Commentaire