Pourquoi le nouveau DPE va exiger (beaucoup) plus de temps ?

Pourquoi le nouveau DPE va exiger (beaucoup) plus de temps ?
mai 05 10:21 2021 Imprimer cet article

Finalement, les modifications techniques apportées à la méthode de calcul resteront souvent transparentes pour l’opérateur. En dehors de quelques évolutions à la marge, les donnés entrées dans le logiciel ne seront pas bouleversées. Pourtant, sur le terrain, les opérateurs doivent s’attendre à passer beaucoup plus de temps qu’auparavant avec ce nouveau DPE. Plusieurs explications.

1. Disparition de la méthode sur factures

Question de logique. Puisque la méthode 3CL exige généralement plus de temps qu’un DPE sur factures, le diagnostiqueur doit s’attendre à passer plus de temps sur le terrain. Un peu ? beaucoup? Pour les opérateurs implantés en zone urbaine, l’impact sera sans doute non négligeable: on pense en particulier aux diagnostiqueurs installés à Paris, où neuf diagnostics sur dix parfois étaient réalisés selon la méthode sur factures.

2. L’effet opposabilité

Juridiquement, l’opposabilité ne devrait pas changer grand-chose pour le diagnostiqueur. Après tout, en cas d’erreur, le professionnel pouvait déjà être mis en cause; on l’a dit, et redit, la valeur informative du DPE n’a de valeur qu’entre le propriétaire et l’acquéreur-locataire. Néanmoins, avec cette opposabilité et le risque d’une judiciarisation croissante qui l’accompagne, le diagnostiqueur devra redoubler de vigilance dans les informations qu’il entre dans son logiciel. La nouvelle méthode lui demande, noir sur blanc, d’éplucher les documents remis par le propriétaire, de vérifier la cohérence des informations, etc. Autant de vérifications qui exigeront davantage de temps.

Notre article: “Nouveau DPE: comment le diagnostiqueur pourra obtenir les données d’entrée

3. Exercice de pédagogie

Sur le terrain, le diagnostiqueur a pu en avoir un aperçu depuis quelques mois, le nouveau DPE suscite bien des questions de prescripteurs ou même de particuliers. En première ligne dans le dispositif de rénovation énergétique, avec un DPE qui va décider de la pluie et du beau temps, l’opérateur sera sans doute plus sollicité qu’il ne l’était jusqu’à présent. En clair, on risque de lui demander davantage d’explications sur le rapport et ses recommandations. Ce SAV et ce volet conseil apparaissent sans doute valorisant pour la filière, mais ils sont aussi synonymes de plus de temps.

4. Un temps de rodage

Qu’on se le dise, les conditions d’entrée en vigueur du nouveau DPE son loin d’être idéales. Tous les textes sont parus, mais début mai, les logiciels n’étaient pas prêts et n’étaient pas encore testés. Des éditeurs de logiciels ont d’ailleurs demandé au ministère d’aménager cette échéance. Dans tous les cas, les opérateurs n’auront guère le temps de se préparer et de se familiariser en amont avec la nouvelle méthode. Ce qui signifie une période de rodage sur le terrain, et donc là aussi, plus de temps au moins les première semaines, pour apprivoiser ce nouveau DPE.

Notre article : “Le nouveau DPE sera-t-il (totalement) prêt au 1er juillet 2021?

 

 

ecrire un commentaire

0 Commentaire

Pas de commentaire !

Vous pouvez commencer la discussion.

Ajouter un Commentaire