Pour Century 21, « Alur plombe le marché des appartements »

octobre 06 12:02 2014 Imprimer cet article

Le marché de l’ancien recule ? La faute à Alur, répète à l’envi Century 21. Le discours est désormais rodé, à la fin du premier semestre, le réseau évoquait déjà les dommages collatéraux d’une loi Alur sur le marché des appartements (notre article). Trois mois plus tard, l’écart se serait encore creusé avec un éloquent – 6% des ventes à travers l’Hexagone : un recul expliqué avant tout par la forte baisse du marché des appartements, – 8,4% entre le troisième trimestre 2013 et le troisième trimestre 2014 (- 3% « seulement » pour les maisons).

En exigeant davantage de documents lors de la vente d’un lot de copropriété (800 à 1 200 pages selon Century21), la loi Alur retarderait – voire casserait – les ventes. « Ce constat est confirmé par la forte augmentation des délais de vente pour le segment des appartements, relève le communiqué de Century 21. France entière, ils s’allongent de 11 jours (pour atteindre 96 jours), quand ceux des maisons ne prennent qu’un jour de plus pour se situer en moyenne à 92 jours. » Et sur Paris, le délai de vente se serait même allongé de 15 jours pour atteindre 80 jours ! Du jamais vu, paraît-il.

Abondamment diffusé par les médias, le communiqué de Century 21 n’est sans doute pas innocent. Quelques semaines après le plan de relance dévoilé par le Premier ministre (notre article), sans doute le réseau immobilier et son charismatique président, Laurent Vimont, veulent-ils montrer l’urgence à prendre des mesures : fin août, Manuel Valls avait annoncé l’intention du Gouvernement de « simplifier » les formalités en cas d’acquisition d’un bien afin de contribuer à la relance du marché.

ecrire un commentaire

0 Commentaire

Pas de commentaire !

Vous pouvez commencer la discussion.

Ajouter un Commentaire