L’ITE pour les bâtiments d’avant 1948 : est-ce bien sérieux ?

L’ITE pour les bâtiments d’avant 1948 : est-ce bien sérieux ?
novembre 28 16:12 2016 Imprimer cet article

Des parlementaires s’alarment d’une généralisation de l’isolation thermique par l’extérieur dans les bâtiments anciens. Ils reprennent ainsi les critiques formulées par plusieurs associations de sauvegarde du patrimoine après la parution du décret du 30 mai 2016, obligeant les bâtiments anciens à intégrer, dès le 1er janvier 2017, la performance énergétique dans certains travaux de toiture, de ravalement de façade ou d’aménagement de locaux (Dimag n°72).

Pour ces élus, non seulement cette obligation va se révéler coûteuse, mais elle risque aussi de dénaturer de jolies façades. D’autant plus dans le bâti d’avant 1948, où cette isolation thermique par l’extérieur apparaît fort discutable, puisque ces bâtiments « anciens » qui représentent environ le tiers du parc de logements « bénéficient de performances énergétiques relativement bonnes, proches des constructions du début des années 1990 ».

Moralité, ces élus demandent d’assouplir la nouvelle réglementation et suggèrent parfois de réserver l’obligation d’ITE aux bâtiments d’après 1948, « les plus nombreux, les plus énergivores et (possédant) les façades les moins ornées ».

QE n° 23362 de Jean-Noël Guérini (Bouches-du-Rhône, RDSE-R) publiée au JO Sénat le 06/10/2016.

QE n° 23374 de M. François Bonhomme (Tarn-et-Garonne – Les Républicains-R) publiée au JO Sénat du 06/10/2016.

QE n° 23858 de Philippe Bas (Manche, Les Républicains) publiée au JO Sénat le 10/11/2016.

QE n° 23485 de Pascal Allizard (Calvados, Les républicains) publiée au JO Sénat le 13/10/2016.

ecrire un commentaire

0 Commentaire

Pas de commentaire !

Vous pouvez commencer la discussion.

Ajouter un Commentaire