L’Errial, la compilation de l’État des risques et pollutions et de l’information acquéreur-locataire

L’Errial, la compilation de l’État des risques et pollutions et de l’information acquéreur-locataire
février 23 15:44 2021 Imprimer cet article

L’État met à disposition un nouvel outil sur sa plateforme Géorisques. L’Errial, littéralement État des risques réglementés pour l’information des acquéreurs et des locataires, reprend à la fois les risques de l’ERP (État des risques et pollutions) et l’information acquéreur-locataire (IAL) comme l’argile ou les nuisances sonores. Simple d’utilisation, mais ce nouvel Errial ne dispense pas le propriétaire de certaines vérifications.

Un jeu d’enfant. Le propriétaire renseigne son adresse ou son numéro de parcelle cadastrale, cliquez, les différents risques apparaissent. Encore quelques clics, et en moins de deux, le site génère un document format PDF compilant les différents risques. Ceux de l’ERP (les risques naturels et technologiques, la sismicité, le radon…), comme ceux de l’information acquéreur-locataire (nuisances aériennes sonores). Une facilité de plus, en somme, pour compléter l’État des risques.

Question: le document ainsi généré remplace-t-il l’État des risques et pollutions? Sur son site, le ministère parle bel et bien d’“un état pré-rempli des risques listés par la réglementation, mais aussi d’autres types de risques”. Pré-rempli, autant dire non complet. À tire d’exemple, le ministère de la Transition énergétique rappelle que “le propriétaire doit joindre les extraits de la carte réglementaire et du règlement du PPR qui concernent la parcelle”. D’ailleurs, il met en garde les propriétaires qui se lanceraient dans l’aventure :” Il appartient au propriétaire du bien de vérifier l’exactitude de ces informations autant que de besoin et, le cas échéant, de le compléter à partir d’informations disponibles sur le site internet de la préfecture ou d’informations dont il dispose sur le bien, notamment les sinistres que le bien a subis.”

Autrement dit, au regard de la technicité de certaines informations, et des risques encourus en cas d’erreur -jusqu’à l’annulation de la vente-, l’Errial ne dispense toujours pas du recours à un professionnel. Dans sa note de présentation, le ministère évoque plutôt un outil destiné à informer “en amont de tout choix de logement” pour mieux orienter l’acquéreur-locataire, et ainsi faire avancer ainsi la culture du risque.

Accéder à l’outil Errial. 

ecrire un commentaire

0 Commentaire

Pas de commentaire !

Vous pouvez commencer la discussion.

Ajouter un Commentaire