Le gouvernement envisage d’abaisser le coefficient 2,58 appliqué à l’électricité

Le gouvernement envisage d’abaisser le coefficient 2,58 appliqué à l’électricité
avril 08 10:08 2019 Imprimer cet article

La DGEC (Direction générale de l’énergie et du climat) envisage de corriger le fameux coefficient d’énergie primaire (CEP) appliqué à l’électricité et repris dans le DPE. Figé à 2,58 depuis les années 1970, ce coefficient est dénoncé de longue date par les industriels de l’électricité, davantage encore depuis l’avènement de la RT2012. Plusieurs associations s’inquiètent cependant de voir ce coefficient réduit à 2,1 comme l’envisageraient la réglementation environnementale 2020 et la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE).

Dans une récente note de cadrage, l’association négaWatt condamne le projet. Elle y voit un véritable retour en arrière puisque l’abaissement du CEP appliqué à l’électricité permettrait de réhabiliter les fameux “grille-pains” souvent écartés de la construction neuve depuis la RT 2012. “Adopter – comme le propose la Direction générale de l’énergie et du climat (DGEC) – un coefficient artificiellement bas de 2,1 (contre conventionnellement 2,58 et en réalité 2,75 en 2018 selon les calculs de la DGEC elle-même) qui ouvrirait la porte au retour du chauffage électrique peu performant est incompatible avec les objectifs français, et en particulier la fermeture des centrales charbon, clairement conditionnée à la maîtrise de la pointe électrique.”

Également repris dans la méthode de calcul 3CL, ce coefficient apparaît pénalisant pour la performance énergétique du parc ancien. A caractéristiques identiques, un logement équipé de radiateurs électriques reste ainsi moins bien classé. Selon Bernard Aulagne, président de Coenove, interrogé par Batiactu, la seule modification de ce coefficient suffirait à réhabiliter un million de logements en les sortant des classes F et G par le DPE. Pour négaWatt comme pour Coenove, ce projet de la DGEC s’inscrit donc en totale contradiction avec les objectifs fixés par l’Europe: “l’objectif avancé de décarboner le secteur des bâtiments en y favorisant le vecteur électrique ne peut pas fonctionner s’il passe par une dégradation de la performance”.

ecrire un commentaire

0 Commentaire

Pas de commentaire !

Vous pouvez commencer la discussion.

Ajouter un Commentaire