Le DPE et la valeur verte, un critère qui change les prix

octobre 18 15:08 2018 Imprimer cet article

Dans quelle mesure la valeur verte impacte t-elle les prix des logements en 2017 ? C’est à cette question que tente de répondre Min.not, en publiant une nouvelle étude statistique immobilière basée sur les DPE. L’analyse s’affine au fil des années, puisque le taux de renseignement a progressé de 10 points rien que par rapport à l’année précédente et atteint 70% en 2017.

Quid de la valeur verte pour les maisons ?

Min.not souligne un « effet étiquette énergétique » plus parlant pour les maisons. De manière générale, le rapport indique qu’en 2017, les maisons de classe A et B se sont vendues en moyenne de 6 à 14% plus cher que celles classées D. Par exemple : en Nouvelle-Aquitaine, les maisons avec une étiquette F ou G se sont vendues en moyenne 17% moins cher que les maisons en classe D, alors que celles en classe A et B, ont été vendues en moyenne 12% plus cher.

Autre conclusion, comme pour les ventes de l’an passé, l’effet des étiquettes C et E exprimé en proportion du prix du bien est pratiquement symétrique dans toutes les régions françaises. « Pratiquement » car il a été constaté que dans les régions Ile-de-France et Auvergne-Rhône-Alpes, l’effet négatif d’une étiquette F ou G est toujours plus important que l’effet positif d’un A ou d’un B.

Quid de la valeur verte pour les appartements ?

 

Du côté des appartements, l’écart est un peu moins prononcé que pour les maisons. Par exemple, dans les Hauts-de-France, les appartements classés F ou G se sont vendus en moyenne 4% moins cher que les maisons en D, alors que celles en classe A et B, ont été vendues en moyenne 9%. Dans trois régions seulement (Bretagne, Bourgogne-Franche-Comté et Auvergne-Rhône-Alpes), les bonnes étiquettes induisent des variations de prix mesurables.

Contrairement aux maisons, l’effet positif d’une étiquette A ou B est presque toujours plus important que l’effet négatif lié à une mauvaise étiquette.

Logement récent donc valeur verte optimisée ?

Si on s’attarde sur la répartition des étiquettes, on remarque qu’elle est très variable selon l’époque de construction. Les maisons classées A, B ou C représentaient en 2017 environ 20% des maisons construites avant 1948, 10% entre 1948 et1980, 40% entre 2001 et 2010, et plus de 60% depuis 2011. Les logements construits au 21ème siècle avec une bonne étiquette énergétique, ont d’ailleurs une plus-value quasiment identique (9% pour une maison et 10% pour un appartement).

ecrire un commentaire

0 Commentaire

Pas de commentaire !

Vous pouvez commencer la discussion.

Ajouter un Commentaire

Vos données seront en sécurité Votre adresse email ne sera pas publiée. Les autres données ne seront pas partagées avec une tierce personne.
Tous les champs sont requis.