Le Cofrac répond aux accusations de LDI

Le Cofrac répond aux accusations de LDI
décembre 30 09:52 2019 Imprimer cet article

La lettre ouverte mise en ligne par l’association Les Diagnostiqueurs Indépendants (LDI) début novembre a bien reçu une réponse. Le Cofrac était accusé de «dénaturer » la norme EN ISO/CEI 17024 pour l’accréditation des organismes certifiant les opérateurs de diagnostic immobilier.

Appliquer, traiter et répondre. Enregistré comme une plainte, le courrier de LDI a été instruit par le Cofrac en tant que tel, et a reçu une réponse détaillée en retour. Le Comité a tenu à mettre les points sur les « i » en réponse à LDI, reprenant alors les points de divergence, réfutés un à un.

Parmi eux, l’accusation de connivence entre les activités de formation et de certification. « En tant qu’accréditeur, nous évaluons l’impartialité et l’indépendance de l’organisme de certification vis-à-vis des activités de formation délivrées par les structures apparentées à cet organisme, comme ses filiales par exemple. Cela fait partie de nos missions », indique le Cofrac. Concernant les exigences « aberrantes » selon LDI envers la personne physique, il a tenu à rappeler que les exigences en question s’appliquent à toute personne, qu’elle exerce en tant qu’indépendant ou qu’elle soit salariée de son entreprise. « S’agissant d’une certification de personne, il revient au salarié de demander à la personne morale qui l’emploie l’ensemble des éléments nécessaires au respect des exigences ».

Quant à la question des coûts de certification, le Cofrac répond : « La norme ne traitant pas du coût de la certification, nous n’avons aucun pouvoir sur la tarification pratiquée par les organismes de certification. Les prix sont libres. En revanche, la norme dit qu’il ne doit pas y avoir de différenciation sur les conditions financières entre les candidats et en fonction de leur situation ».

Depuis le 26 novembre, date de la réponse du Cofrac à LDI, aucune suite ne semble avoir été donnée. LDI avait spécifié vouloir porter plainte auprès de l’association européenne d’accréditation (EA) si « des actions correctives n’étaient pas mises en place rapidement ». Du côté du Cofrac, « le traitement de la plainte est clos ». L’an prochain, il doit justement recevoir l’EA qui passera au crible ses pratiques et son système qualité. Puisque oui, le Cofrac est également soumis à des évaluations par ses pairs, tous les quatre ans.

 

 

 

 

ecrire un commentaire

1 Commentaire

  1. ADIEU Courtier
    mars 23, 23:04 #1 ADIEU Courtier

    Le COFRAC a une attitude assez laxiste. Dans un autre domaine, celui des avis clients, nous avons ouvert une plainte contre la société AFNOR Certification qui délivre des certificats de complaisance. Pas de réponse depuis 3 mois…

    Reply to this comment

Ajouter un Commentaire