La Fidi travaille à la création d’un Guide de reprise d’activité du diagnostic

avril 06 15:25 2020 Imprimer cet article

Après trois semaines de confinement, Lionel Janot président de la Fidi, revient dans une communication sur les actions entreprises par la fédération, parfois en partenariat avec l’ensemble de la filière du diagnostic immobilier, comme la création d’un guide -bientôt disponible- d’aide à la reprise de l’activité en toute sécurité et d’un protocole pour préparer l’avenir.

Que contiendra ce document?
« Ce guide décrira principalement d’une part, les sites et situations qui présentent les garanties sanitaires pour les interventions de diagnostic et repérage -principalement, des locaux inoccupés suffisamment longtemps avant et après l’intervention du diagnostiqueur, des sites en extérieur, des installations suffisamment vastes pour permettre l’absence de contacts avec des tiers. D’autre part, les conditions d’exercice des missions, depuis le transport des techniciens intervenants jusqu’à l’ensemble des précautions de protection individuelle et collective: équipement, désinfection, gestes barrière, création de distances entre les personnes… »

Comment voyez-vous le retour au travail des adhérents?
« Le retour au travail sera lent et très progressif. Pour le moment, la Fidi déconseille clairement toute reprise massive d’activité. Du reste, de nombreux donneurs d’ordre et fournisseurs ont également cessé leur activité, ce qui entraîne mécaniquement l’absence de sollicitations pour nos adhérents. »

La création d’une « Filière Diag Immo »» travaillant main dans la main était-elle une nécessité et comment/pourquoi peut-elle perdurer au-delà de la crise? Est-ce une bonne chose?
« Oui, il fallait montrer de manière forte que le diagnostic immobilier est un grand secteur d’activité en France, impliqué, solidaire et agissant. Dans la crise actuelle, parler d’une seule voix et travailler très concrètement sur des pratiques communes sécurisées était nécessaire. A plus long terme, la «Filière Diag Immo» qui a vu le jour pourrait constituer un tremplin sur tous les sujets qui nous occupent: certification, nouveaux diagnostics, reconnaissance du métier, etc. Cela suppose une volonté sincère de transparence et de respect mutuel, un nouveau paradigme pour ce secteur d’activité : la confiance… qui n’empêche pas une saine émulation pour améliorer les pratiques! »

Comment la Fidi imagine t’elle l’avenir et que fera t’elle pour soutenir ses adhérents dans les mois et l’année qui viennent après la crise?
« De nombreuses petites structures seront mises à mal… des réseaux aussi. La Fidi s’est entièrement mobilisée -élus, équipe- pour expliquer, accompagner, répondre aux interrogations et conserver le lien avec ses adhérents. Car la technique et l’économie des entreprises de diagnostic est une chose essentielle dans cette crise, mais le soutien humain l’est tout autant! La Fidi a, dans le même temps, demandé aux pouvoirs publics de permettre aux diagnostiqueurs de s’organiser lorsque le confinement serait allégé ou levé, en demandant le report d’échéances: sur le «nouveau DPE», la certification, l’obligation d’amiante mention pour le repérage avant-travaux…

Avec la Filière, la Fidi a également attiré l’attention des autorités sur la nécessité de prendre en compte favorablement les dossiers d’activité partielle et l’accès rapide au soutien et aux aides financières des indépendants. Et la Fidi met ce temps très spécial à profit pour construire un ensemble de documents et services très pédagogiques et pratiques visant à accompagner la reprise, dans chacun des domaines du diagnostic et du repérage. L’objectif est de faciliter l’exercice des adhérents et de leur fournir des outils simples pour exercer demain. »

Quelles mesures prendre pour l’avenir ?

« Cette crise nous incite à renforcer les actions entreprises depuis plus d’un an: service d’aide technique et règlementaire, que nous renforcerons, partenariats pour trouver des solutions pratiques à des problèmes des adhérents tels que la collecte de déchets amiantés mais aussi de leurs besoins en trésorerie et en recouvrement de factures… et bien sûr d’assurance robuste et pérenne… Ce ne sont là que des exemples du programme «Club Partenaires» de la Fidi. Nous avons également déclenché en mars une vaste campagne de valorisation du métier: pour vivre heureux, les diagnostiqueurs de la Fidi souhaitent ne plus vivre cachés. Un mot d’ordre pour cette campagne: «Fiers du métier»! Enfin, notre statut particulier de première fédération indépendante du diagnostic et du repérage, composée aussi bien d’indépendants que de grands réseaux, nous permet de représenter les professionnels avec objectivité et diversité. Unis au sein de la Fidi, nous renforçons notre présence et notre crédibilité auprès des pouvoirs publics et des administrations. »

La Fidi a également diffusé sur son site deux fiches pratiques pour accompagner les entreprises du diagnostic immobilier durant cette crise.

 

ecrire un commentaire

0 Commentaire

Pas de commentaire !

Vous pouvez commencer la discussion.

Ajouter un Commentaire