La Fidi propose de mettre “la force de frappe” des diagnostiqueurs au service d’une meilleure rénovation énergétique

La Fidi propose de mettre “la force de frappe” des diagnostiqueurs au service d’une meilleure rénovation énergétique
octobre 09 11:11 2020 Imprimer cet article

Et si le diagnostiqueur occupait une place plus importante encore dans le dispositif de rénovation énergétique? Par exemple en s’assurant de la qualité des chantiers et du respect des objectifs de performance énergétique. Pour enrayer les nombreuses dérives liées à cette rénovation et régulièrement dénoncées, la Fidi se mobilise et interpelle le gouvernement en lui demandant de confier au diagnostiqueur de nouvelles missions de contrôle.

Le constat est simple. “Malgré un encadrement plus strict des pouvoirs publics, des dysfonctionnements subsistent”, déplore la Fidi. Entre des organismes de contrôle qui manquent d’impartialité, des règles de contrôles encore trop lâches pour mettre un terme aux dérives, et on en passe. En témoigne le dernier bilan de la DGCCRF avec 56% des entreprises en défaut.  Bien sûr, le gouvernement a déjà annoncé des contrôles plus sévères pour s’assurer du bon usage des milliards d’euros engloutis par la rénovation. Qu’il s’agisse du dispositif RGE, ou des certificats d’économies d’énergie (CEE), les contrôles ont déjà été renforcés, en particulier pour les offres coup de pouce à un euro qui drainaient parfois des initiatives malveillantes.

Aux yeux de la fédération, ces mesures restent cependant insuffisantes pour une rénovation massive et efficace. “La Fidi pense que la qualité des travaux éligibles aux aides à la rénovation énergétique doit être soumise à des contrôles plus nombreux, plus rigoureux, plus impartiaux. La Fidi garantit que les diagnostiqueurs immobiliers sont prêts à assumer le volume et la qualité de contrôles! A coût maîtrisé.” Oui, le diagnostiqueur immobilier semble effectivement avoir une belle carte à jouer. Et c’est bien le sens du communiqué de la Fidi qui rappelle l’existence de la profession aux bons souvenirs d’Emmanuelle Wargon, la ministre chargée du logement.

“La Fidi propose donc son maillage de diagnostiqueurs compétents et certifiés, son appui organisationnel, pratique et méthodologique pour que les contrôles de travaux de rénovation énergétique soient plus nombreux et puissent constituer un facteur central du progrès de la qualité des travaux. Une force de frappe disponible et «agile», indépendante, formée et certifiée: voilà ce que la Fidi et ses adhérents proposent aujourd’hui aux pouvoirs publics et au décideurs, par un courrier à la ministre déléguée au logement, Emmanuelle Wargon.”

A retrouver sur le même sujet dans notre Dimag n°96: “Les promesses du contrôle des CEE”

ecrire un commentaire

0 Commentaire

Pas de commentaire !

Vous pouvez commencer la discussion.

Ajouter un Commentaire