Infiltrométrie, étalonnage sous conditions à compter du 1er janvier

décembre 03 20:13 2014 Imprimer cet article

A compter du 1er janvier 2015, les différents matériels de la perméabilité à l’air du bâtiment seront soumis à un nouveau processus d’étalonnage. Et l’opérateur en infiltrométrie devra en justifier dans ses rapports.

Ces règles d’étalonnage avaient été diffusées dès 2013 sur le site officiel rt-batiment.fr : fréquences, plages, points d’étalonnages ou Erreurs Maximales Tolérées (EMT). Manomètre, thermomètre, anémomètre, porte soufflante, etc. tout le matériel de l’opérateur en infiltrométrie est concerné avec des fréquences d’étalonnage allant d’un à quatre ans : quatre ans maximum, par exemple, pour un baromètre ou un thermomètre ; un an pour un manomètre numérique. Selon les instruments, il peut être exigé un constat de vérification délivré par un laboratoire accrédité par le Cofrac ; pour d’autres, un certificat d’étalonnage et/ou un constat de vérification est suffisant.
Différents fabricants et partenaires ont d’ores et déjà mis en place une offre adéquate. Ainsi, le Cétiat (Centre technique des industries aérauliques et thermiques) accrédité par le Cofrac propose depuis février, des prestations d’étalonnage et de vérification du matériel d’infiltrométrie. De même, le fabricant allemand BlowerDoor a récemment annoncé une offre d’étalonnage pour ses ventilateurs, par un laboratoire accrédité.
Accéder aux règles d’étalonnages

ecrire un commentaire

0 Commentaire

Pas de commentaire !

Vous pouvez commencer la discussion.

Ajouter un Commentaire