Emmanuel Macron écarte l’obligation de travaux de rénovation énergétique… pour le moment

décembre 15 15:54 2020 Imprimer cet article

Les associations n’avaient pas caché leurs inquiétudes, fin novembre. Face à la Convention citoyenne pour le climat (CCC), lundi, le chef de l’État a écarté l’obligation d’une rénovation globale. Trop contraignante pour les ménages aujourd’hui, elle est remise à plus tard.

C’était l’un des arbitrages les plus attendus. Le projet de loi destiné à traduire les propositions formulées par la Convention citoyenne pour le climat est attendu début 2021, mais on sait déjà qu’une de ses mesures phares sera revue à la baisse. Exit l’obligation d’une rénovation énergétique globale telle que la CCC le souhaitait. Les 150 citoyens tirés au sort plaidaient en faveur d’une rénovation énergétique globale des bâtiments, mise en place progressivement, d’ici 2040. En clair, que les passoires énergétiques (F et G) et les logements énergivores (D et E) aient disparu à cette date. Pour y parvenir, il était envisagé une obligation de travaux sans cesse relevée au cours des deux prochaines décennies, assortie d’un malus fiscal pour les passoires énergétiques.

Le Président de la République estime la mesure trop contraignante pour les ménages, au regard des coûts de rénovation globale de l’ordre de “50 000 à 60 000 euros”. “Rendre la rénovation obligatoire, ça veut dire qu’on fait porter la contrainte sur chaque ménage.” Avant de généraliser cette obligation, le chef de l’État préconise ainsi un recours à un tiers-financeur et à la solution du “guichet unique” remise au goût du jour par la CCC. Un travail devrait être ainsi lancé au premier trimestre 2021 pour plancher sur ces solutions avant d’aller plus loin dans l’obligation de rénovation énergétique.

ecrire un commentaire

0 Commentaire

Pas de commentaire !

Vous pouvez commencer la discussion.

Ajouter un Commentaire