Allo Diagnostic veut doubler son chiffre d’affaires

mai 11 11:03 2011 Imprimer cet article

Deux ans après son rachat par l’expert en assurances, Texa, le réseau Allo Diagnostic se lance dans une opération séduction et une campagne de recrutement. Entretien avec Edouard Carvallo, son directeur général.


Le mariage Texa – Allo Diagnostic a-t-il répondu à vos attentes ?
« Premier groupe d’experts auprès des assurances, Texa dispose d’une véritable armée d’experts du bâti. Que cela soit en dégâts des eaux, en perte d’exploitation, etc. Ce rachat nous a donc apporté beaucoup, à la fois sur le plan technique, et sur la qualité. Il a aussi été bénéfique en termes de développement : nous avons pu bénéficier du réseau de Texa, pour nous développer sur le marché des grands comptes et pour nous implanter dans des régions que nous ne couvrions pas. Depuis deux ans, nous avons ainsi ouvert une dizaine d’agences supplémentaires (Allo Diagnostic compte une quarantaine de bureaux à l’heure actuelle, ndlr), nous permettant de couvrir désormais 70 départements.

Quelles sont les ambitions d’Allo Diagnostic ?

Allo Diagnostic est aujourd’hui un groupe qui a gagné en maturité et qui conserve un vaste potentiel de développement : grâce aux synergies pertinentes avec Texa, l’accélération de notre expansion géographique est aujourd’hui possible et le développement des nouvelles offres va voir le jour avant l’automne. Nous entendons doubler notre chiffre d’affaires dans les prochaines années (CA 2010 : 15,5 millions d’euros, ndlr).

Vous êtes d’ailleurs en phase de recrutement ?

Oui, au-delà de nouvelles implantations, nous cherchons à nous renforcer sur les zones géographiques où nous sommes déjà présents. Nous essayons donc d’être attractifs pour les diagnostiqueurs et d’offrir à ceux qui le souhaitent un véritable plan de carrière à l’intérieur du groupe (plus de 1 300 personnes aujourd’hui). Qu’il s’agisse d’opérateurs déjà certifiés ou de personnes à former au sein de notre Allo Diag School.

D’ici un an, nous allons recruter une trentaine de nouveaux diagnostiqueurs. Nous devons aujourd’hui faire face à un afflux de missions, résultat de trois phénomènes : le renforcement de notre stratégie pure au niveau des prescripteurs locaux, notre stratégie au niveau des prescripteurs grands comptes et enfin, l’affichage du DPE que nous avons réussi à bien transformer.

Justement, comment avez-vous négocié cette obligation d’affichage du DPE ?
Dans l’histoire d’Allo Diagnostic, chaque avancée réglementaire a été l’opportunité de gravir une marche pour notre société et de nous y maintenir. Pour l’affichage du DPE, nous avons mis en place une politique agressive ayant porté ses fruits. Nous avons travaillé dessus dès le début de 2010 afin de commencer les opérations de terrain dès le troisième trimestre 2010. Cette stratégie a aussi accompagné une restructuration de notre groupe avec un découpage du territoire en cinq grandes régions afin de conserver à la fois une cohésion de groupe et une proximité. »

ecrire un commentaire

0 Commentaire

Pas de commentaire !

Vous pouvez commencer la discussion.

Ajouter un Commentaire