AC Environnement rejoint la Chambre des diagnostiqueurs de la Fnaim

AC Environnement rejoint la Chambre des diagnostiqueurs de la Fnaim
juin 12 15:03 2020 Imprimer cet article

La Chambre des diagnostiqueurs de la Fnaim compte désormais un nouveau poids lourd du diagnostic dans ses rangs. Avec ses 630 collaborateurs, ses 30 agences et ses trois laboratoires pour un chiffre d’affaires culminant à 55 millions d’euros, le groupe AC Environnement a officiellement annoncé son adhésion à la fédération cette semaine.

Pour la Chambre des diagnostiqueurs, cette recrue de taille renforce sa représentativité et sa position dans les discussions avec les pouvoirs publics. “Au-delà des bénéfices des victoires en matière de lobbying, la CDI Fnaim entend ainsi affirmer sa visibilité et sa notoriété au niveau local et national.” Revendiquant “plus de 1000 diagnostiqueurs adhérents”, la fédération s’affirme ainsi sur l’échiquier, après avoir accueilli Diagamter en 2017, puis fin 2019, les réseaux Ex’im, LD2i et D.Pro. “Nous représentons ainsi l’essentiel des structures affiliées à un syndicat professionnel. De grands acteurs nationaux du diagnostic nous ont rejoints, l’attraction de la CDI Fnaim devenant de ce fait encore plus forte », commente Thierry Marchand, président de la Chambre.

Aux yeux de Thierry Marchand, la CDI Fnaim a un rôle essentiel à jouer au regard des enjeux qui se profilent pour la profession.” Nous vivons des jours et des heures absolument déterminants pour nos métiers, la cohésion de nos entreprises et l’émergence d’une véritable filière professionnelle est indispensable. En tant que leader du diagnostic immobilier, le groupe AC Environnement a tout à fait sa place dans notre syndicat dont l’action est, notamment, d’accompagner les évolutions de notre métier.”

La profession à l’aube d’importantes transformations? Denis Mora, président du groupe AC Environnement, le pense aussi, et l’argument semble d’ailleurs avoir pesé dans la décision de rejoindre la Chambre. “Le métier du diagnostic immobilier se transforme grâce au digital et au BIM (…). L’enjeu de demain, c’est de produire, de délivrer et de partager de plus en plus de data sur le bâti, son état, ses polluants, sa qualité de l’air, ses performances énergétiques, sa valeur… Avec toujours plus de précision, plus d’accessibilité, plus de capacité à exploiter ces informations stratégiques au service d’une meilleure gestion du cycle de vie des bâtiments, de l’optimisation énergétique, de la lutte contre le réchauffement climatique… Au fond, notre vocation à tous est de rendre le bâti intelligible pour plus d’intelligence dans le bâtiment et dans la ville. Pour préparer et agir efficacement pour cet avenir-là, il faut mobiliser l’ensemble de notre profession et sensibiliser tous les acteurs institutionnels et réglementaires sur notre capacité à agir positivement sur ces défis collectifs.”

 

ecrire un commentaire

0 Commentaire

Pas de commentaire !

Vous pouvez commencer la discussion.

Ajouter un Commentaire