AC Environnement livre ses perspectives

AC Environnement livre ses perspectives
février 12 14:46 2019 Imprimer cet article

Une première pour AC Environnement. Le groupe roannais a donné sa première conférence de presse, et a fait le bilan d’une année 2018 marquant « un tournant en termes de positionnement stratégique », selon son président, Denis Mora.

Déjà en mai dernier, le fonds Abénex avait rejoint AC Environnement en prenant une participation majoritaire, accompagnement qui devait favoriser l’éclosion des nombreux projets du groupe. Et parmi ces projets, le groupe a annoncé en décembre dernier la création d’un réseau de franchise avec le rachat d’Alliance Sud Expertise, composée de 37 agences et d’un centre de formation.

L’objectif pour 2019 est ainsi de déployer la marque via une couverture de proximité. AC Environnement propose à ses franchisés de faire face aux opportunités en intégrant des prestations du groupe telles que le BIM, la sécurité incendie, le repérages amiante avant-travaux, et la sous-section 4, pour laquelle le groupe va notamment développer la formation avec la volonté « d’accompagner l’ensemble des professionnels sur cette problématique ».

AC Environnement a également annoncé en début d’année l’acquisition de CHB Yadis à Saint-Malo, spécialisée dans les pathologies du bois pour les constructions de catégorie 3 et infiltrométrie. Le groupe a également affiché sa volonté de diversifier son portefeuille clients. « Nous sommes très forts sur les marchés publics et bien présents auprès des bailleurs sociaux, aujourd’hui nous souhaitons nous positionner également auprès du tertiaire et des institutionnels », indique Denis Mora.

« Expert de la donnée technique »

2018, c’est aussi le lancement du département BIM au sein d’AC Environnement, qui apparaît aujourd’hui comme une nécessité pour le groupe. « Désormais, le diagnostiqueur est devenu un expert de la donnée technique du bâtiment », estime Denis Mora. « Ces données essentielles sont ensuite mises à disposition des clients, et permettent non seulement de mettre en valeur le patrimoine immobilier, mais aussi de générer des économies. » En effet, comme l’a rappelé Jérôme Bonnet, directeur du développement BIM, une gestion plus fine du patrimoine via le BIM permet de mieux connaître son patrimoine, et de gagner en productivité sur l’exploitation-maintenance. AC Environnement a également développé CN BIM, une plateforme permettant de visualiser et gérer ses données techniques.

Le groupe annonce avoir d’ores et déjà numérisé 480 000 m2. Son département BIM compte actuellement une vingtaine de personnes, et Jérôme Bonnet indique que les effectifs seront doublés d’ici la fin de l’année.

Pour 2019, le groupe AC Environnement indique viser « une croissance de 20%, avec une diversification sur de nouveaux marchés ». En effet, la QAI est intégrée aux prestations, et, dans sa stratégie à plus long terme, AC Environnement mise sur le nucléaire, avec le lancement de l’accréditation CEFRI et de la certification MASE.

Les chiffres clés de 2018 :

  • 53 millions d’euros de CA
  • 670 collaborateurs
  • 3 laboratoires d’analyse
  • Près de 70 agences dont 33 en franchise
  • + de 320 000 diagnostics

Lire aussi : « Loi Elan : et si le BIM permettait aux bailleurs sociaux de se réinventer ? » (Jérôme Bonnet, AC Environnement)

 

ecrire un commentaire

0 Commentaire

Pas de commentaire !

Vous pouvez commencer la discussion.

Ajouter un Commentaire

Vos données seront en sécurité Votre adresse email ne sera pas publiée. Les autres données ne seront pas partagées avec une tierce personne.
Tous les champs sont requis.