Un début d’année morose sur le marché de l’ancien selon le baromètre LPI/SeLoger

mars 16 16:40 2018 Imprimer cet article

L’année 2018 ne commence pas bien. Après une année 2017 de tous les records, le marché de l’ancien serait en train de décrocher. C’est du moins l’analyse du dernier baromètre LPI-Seloger (février 2018). Le marché de l’ancien perd de sa vigueur, puisqu’en rythme trimestriel glissant, il enregistre une baisse de -10,8% sur les compromis signés !

Pour le baromètre, « la hausse des prix érode la solvabilité de ma demande depuis 2015 et ne peut plus compter sur une amélioration des conditions de crédit ». Le baromètre évoque également d’autres facteurs en guise d’explications comme la remise en cause du PTZ sur les territoires où la demande est financièrement la plus fragile, et la suppression des aides personnelles à l’accession. Autant d’éléments qui dégradent la solvabilité des acheteurs modestes, qui pèsent pour la moitié des ménages accédant dans l’ancien.

Ce décrochage apparaît toutefois contrasté selon les régions. Dans les régions où le marché avait été dynamique en 2017 (Pays de la Loire et Poitou-Charentes), les ventes progressent encore, mais à un rythme plus lent. En revanche, le recul est rapide dans d’autre régions où la demande est déstabilisée par la remise en cause des soutiens publics (Auvergne, Bourgogne, Bretagne, Normandie…). Dans certaines régions, le marché se stabilise également, « lorsque les évolutions des prix avaient été modérées par le passé » (Hauts-de-France…).

ecrire un commentaire

0 Commentaire

Pas de commentaire !

Vous pouvez commencer la discussion.

Ajouter un Commentaire

Vos données seront en sécurité Votre adresse email ne sera pas publiée. Les autres données ne seront pas partagées avec une tierce personne.
Tous les champs sont requis.