LE CHIFFRE

avril 16 13:37 2018 Imprimer cet article

C’est le pourcentage de locataires ayant porté plainte auprès de la Confédération générale du logement (CGL) en 2016.

La CGL vient de publier son baromètre concernant les plaintes des occupants de logements. Le constat est sans appel, les locataires sont plus enclins à porter plainte que les propriétaires, puisqu’ils représentent plus des trois quarts des 2819 plaintes reçues par la CGL. Et l’association indique que « ce chiffre augmente année après année, et ce malgré les différentes lois votées depuis 2009 ».

Parmi les plaintes les plus fréquentes, celles liées au dépôt de garantie, aux troubles de jouissance et aux charges locatives. Et depuis 2016, se sont ajoutées des plaintes liées à la difficulté de communication avec le bailleur, et aux problèmes avec les agences immobilières.

Avec la multiplication des diagnostics locatifs, et dans un contexte de judiciarisation croissante, le diagnostiqueur aura tout à gagner à prendre davantage de précautions lorsqu’il réalise un DDT classique à la location.