Ex’im : « Nous sommes de plus en plus apparentés à un réseau de bureaux de contrôle »

Ex’im : « Nous sommes de plus en plus apparentés à un réseau de bureaux de contrôle »
avril 06 09:12 2017

Quinze ans que le réseau de franchises Ex’im existe sur le marché du diagnostic immobilier. Fort de ses 65 implantations au niveau national, le réseau a su, tout au long de ces années, diversifier son concept pour se faire une place. Zoom sur ces quinze années d’évolution.

C’est en 2002  qu’Ex’im ouvre son premier cabinet à Marcq-en-Baroeul (59) dans le cadre de l’évolution du marché du diagnostic immobilier afin de donner « plus de transparence » à l’acquéreur d’un bien comme le souligne le PDG, Yannick Ainouche. Un an plus tard, Ex’im ouvrait une deuxième succursale. « L’objectif était de développer la franchise. Ce deuxième cabinet a servi de projet pilote et c’est en 2005 que nous avons réellement lancé le réseau de franchise », poursuit Yannick Ainouche.

Aujourd’hui, le modèle s’est fortement développé avec 65 cabinets, 270 collaborateurs dans la France entière et 26 millions de chiffre d’affaires annoncés en 2016. « Dès le départ, nous proposions différents services comme la veille juridique, le développement technique par le biais de conseils et la pratique du marché avec des rapports sur l’évolution commerciale entre autres. » Ex’im a développé son pôle commercial en 2005 afin de répondre aux besoins des agents immobiliers, des notaires et des particuliers. En 2008, Ex’im devient le premier réseau certifié ISO 9001, une manière d’améliorer encore leur process, et de le faire savoir : « Tous nos franchisés utilisent des processus intégrés dans notre système qualité. » Preuve de leurs pratiques innovantes sur le marché, Ex’im a reçu en 2010 le trophée de l’innovation sur le DPE par la FF2I (Fédération française de l’internet immobilier).

Une diversification nécessaire face à un marché complexe

Mais la crise des subprimes et, par extension, celle du marché immobilier contraignent le réseau qui dépend alors essentiellement de la transaction. Pour évoluer, Ex’im a opté pour la diversification en s’attaquant au repérage amiante avant travaux et avant démolition. « Le marché de l’immobilier était vraiment atone, il fallait développer un nouveau métier », explique le PDG nordiste. Une porte qu’ils ont de nouveau franchie en 2015 en optant pour une troisième activité; celle des mesures d’empoussièrement sous accréditation Cofrac. « Sept cabinets sont déjà accrédités et d’autres le deviendront par la suite. »

Toujours dans cette optique d’expansion, Ex’im a lancé une politique de gestion des appels d’offres auprès des collectivités locales et des institutionnels. « Aujourd’hui, le réseau se porte très bien. Dix projets d’ouverture devraient voir le jour cette année, entre 15 et 30 en 2018, et 10 et 15 en 2019 », prévoit Yannick Ainouche. Toujours dans l’objectif d’augmenter leurs parts de marché, le réseau a investi dans un nouveau projet « Ex’imanager ». Cet outil d’analyse est un assistant de pilotage des cabinets Ex’im qui aide à la prise de décisions, à la gestion de campagnes publicitaires et à l’analyse des performances. « Nous sommes de plus en plus apparentés à un réseau de bureaux de contrôle plutôt qu’à un réseau de diagnostics immobiliers. Nos envies restent les mêmes: développer de nouveaux métiers et services innovants pour satisfaire les clients sur le contrôle des bâtiments », conclut le PDG.

ecrire un commentaire

0 Commentaire

Pas de commentaire !

Vous pouvez commencer la discussion.

Ajouter un Commentaire

Vos données seront en sécurité Votre adresse email ne sera pas publiée. Les autres données ne seront pas partagées avec une tierce personne.
Tous les champs sont requis.